Adhérents :

Le projet associatif 2014 - 2019 de l'Andesi


 


Projet soumis à approbation de
l’Assemblée Générale du 16 mai 2014
et voté à l’unanimité




Avant propos du Président

L’ANDESI, Association Nationale des cadres du social, est née en 1973 d’une volonté commune à quelques directeurs du secteur social et médicosocial de promouvoir la fonction de direction. A cette époque, la fonction éducative était en pleine organisation et la convention nationale du 15 mars 1966 venait à peine  de structurer le cadre d’intervention  d’une toute jeune profession  finalement consacrée par un diplôme d’état en 1967. Cette dynamique créatrice était portée par un contexte socio-économique favorable (fin des années dites trente glorieuses) et propice à l’innovation. Le statut de directeur ne possédait pas d’identité propre mais relevait plutôt d’une mission particulière attribuée à des professionnels de l’éducation expérimentés et responsables. Dés lors, les fondateurs de l’ANDESI étaient essentiellement préoccupés par l’idée de « perfectionner » les personnalités courageuses osant la confrontation aux responsabilités de direction.
 

Si l’exigence de perfectionnement a rapidement  généré la nécessité de créer un centre de formation à l’ANDESI, c’est d’abord l’utilité de trouver une réelle réponse aux besoins de la profession qui a initié une organisation spécialisée. La participation des directeurs eux-mêmes à la pédagogie a permis une meilleure adéquation entre l’offre de formation et la demande des directeurs. Concomitamment, le principe de regroupement associatif des directeurs autour de thématiques professionnelles transversales sur les territoires en région a permis aux membres de l’ANDESI de partager et réfléchir ensemble sur les problématiques de la fonction de direction.
 

Le projet associatif s’est donc construit sur cette volonté de « former, représenter et construire » pour dynamiser et promouvoir une fonction de direction et la faire reconnaitre comme une profession à part entière.
 

Depuis, la réglementation nationale a confirmé cette orientation en exigeant des qualifications adaptées à la fonction d’encadrement. Le contexte socio-économique a lui aussi largement contribué à modifier la fonction de direction en déclinant une nouvelle gouvernance selon des organisations associatives plus ou moins importantes. L’ANDESI a toujours anticipé cette évolution en adaptant son offre de service et son projet associatif à la demande des utilisateurs. Devenue association nationale des cadres du social, l’ANDESI a intégré toutes les formes d’encadrement issues des nouveaux modes de direction pour proposer un accompagnement en phase avec les besoins en management, en expertise, en responsabilité et en qualité.
Dés lors, il était nécessaire de repenser le projet ANDESI  et de conduire une politique associative au plus prés de notre volonté constructive ainsi qu’affirmer notre détermination à porter haut les valeurs initiales de l’ANDESI. Cet esprit d’aventure et ce désir d’affirmation d’idées nouvelles n’ont pas quitté notre association. Cela contribue à la jeunesse d’un beau projet solidaire et innovant qui s’inscrit pleinement dans un contexte socio-économique bien identifié et lucidement analysé.
 

Désormais le projet associatif de l'ANDESI se construit sur l'idée que la fonction de direction telle qu'elle était bâtie jusqu'à présent doit se penser à partir de nouveaux paramètres. Les stratégies de développement doivent tenir compte de multiples contraintes qui génèrent de nouvelles compétences au sein des équipes tant sur le plan clinique que d'un point de vue gestionnaire.  L'étroite articulation rendue indispensable et nécessairement fonctionnelle entre les politiques associatives, les réglementations sociales, les exigences administratives, les besoins des usagers et les budgets limités produit une configuration particulièrement délicate et complexe pour la fonction de direction. A l'ANDESI, notre perception des modes de gouvernance et de dirigeance nous conduit à proposer des méthodes de management en phase avec les formes émergentes d'organisation ainsi que leurs composantes techniques, éducatives et cliniques, en harmonie avec une conception moderne et actualisée de la place de cadre. Ainsi la notion d'équipe de direction, chère à notre pensée associative à l'ANDESI, telle que précisément élaborée selon ces nouvelles formes d'organisation, prend-elle tout son sens en favorisant le juste équilibre entre expertise, compétence et dynamique de projet.
 

Au-delà de l'aspect technique, c'est l'esprit d'équipe qui prévaut en valorisant la nécessaire synchronisation entre les aptitudes, les qualifications et les profils de postes de chaque membre du groupe des responsables.
 

A l'ANDESI, notre projet associatif actualisé se veut non seulement le reflet d'une réflexion d'ensemble sur la fonction de direction mais aussi l'application, la mise en pratique des principes de référence qui d'une manière transversale, permettent une véritable dynamique entrepreneuriale respectueuse d'une éthique propre au champ socio-éducatif.
 

Tous  les efforts de notre proposition de formations supérieures, de représentation des fonctions de direction, de participation à la construction sociale au sens large vont dans ce sens et projettent une vision créative de l'équipe de direction parmi de nouveaux modes de gouvernance.
 

C'est un choix.
 

L'avenir de notre profession se construit dans l'accomplissement de nos projets ancrés dans le présent.
Puisse l'association ANDESI contribuer pleinement à cet avenir par son propre projet associatif et son espace de débat permanent au milieu de professionnels engagés.

François DANIES
Président



1.    Association ANDESI : 40 ans d’histoire


Si la création de l’ANDESI en 1973 coïncide avec le premier choc pétrolier et la fin d’une période de forte croissance amorcée après la seconde guerre mondiale, elle correspond aussi à la mise en œuvre des lois de 1971 organisant la formation continue dans le cadre de l’éducation permanente et de 1975 qui bouleversent le paysage social et médico-social.
 

C’est donc dans un contexte et une période d’importants changements que naît l’ANDESI qui, dès les premières années, connaît ainsi une forte croissance du nombre de ses adhérents : 1973, une centaine ; 1974, plus de trois cents ; 1975 plus de 500. Lors de la période des années 1980, 200 personnes environ, fidèles à l’ANDESI, continuent d’adhérer. Entre 1990 et 2000, l’ANDESI compte 500 adhérents grâce à l’action des associations régionales, pour ensuite redescendre du fait de nombreux départs en retraite et connaître une situation stationnaire en 2012.
 

A son origine, l’association regroupe des directeurs d’établissements spécialisés désireux de rompre leur isolement, de définir le profil du directeur, d’interroger son identité professionnelle et ses responsabilités dans un contexte hétérogène qui évolue et qui reste, pour l’essentiel, dominé par la « vocation » et des modes d’organisation charismatique. Ce regroupement émane tout d’abord de directeurs exerçant en Île-de-France et « relevant du secteur de la déficience mentale ».  
 

Au cours des années 80, l’association affirme « une vocation plus large [et s’ouvre à] tous les cadres, adjoints ou chefs de service aussi bien [qu’aux] directeurs ». Aujourd’hui, la dimension direction générale et direction d’associations vient compléter cette orientation réaffirmant fortement de ce fait son cœur de métier et la vocation première de l’ANDESI. Ce positionnement ne nie pas les travailleurs sociaux qui travaillent sur le terrain en prise directe avec des populations de plus en plus durement touchées.
 

L’histoire de l’association et du CFPS est jalonnée d’étapes déterminantes constituées de changements et de ruptures concrètes mais aussi symboliques. Le développement de ces instances est soumis à des contingences exogènes et endogènes.
 

Les éléments principaux peuvent être résumés ainsi :
 

⦁    Dès 1976, l’association se déclare organisme de formation permanente ;
 

⦁    1981 - 1982 : Mise en place de la décentralisation et des procédures idoines centrées sur le transfert de compétences aux collectivités territoriales et une rationalisation des choix budgétaires ;
 

⦁    1984 : La dénomination ANDESI, Association nationale des directeurs d’établissements et services pour inadaptés, actée lors du Conseil d’Administration du 18 mai 1973, change.  « l’ANDESI conserve son sigle mais devient l’Association Nationale des Cadres du Social » ;
 

⦁    1993 : Les impératifs de gestion se font sentir dans le secteur social et médico-social. Certaines directions s’engagent résolument dans cette voie. Pour le CFPS, les actions en partenariat se développent pour qualifier les chefs de service et directeurs (Licence ; maîtrise et DESS) ;
 

⦁    1993 : Les « dirigeants » de l’ANDESI estiment « impossible de continuer à penser selon les concepts, et à intervenir dans les formes, qui s’imposaient à leurs prédécesseurs au cours des années 1970 ». Il y a là l’expression d’un gap entre ancienne et nouvelle génération de directeurs d’ESMS. C’est aussi l’amorce d’orientations stratégiques nouvelles qui ouvrent la réflexion sur le positionnement des instances de direction associatives dont le CFPS doit s’emparer dans le cadre de l’élaboration de ses propositions de formation ;
 

⦁    1993 : Passage du diptyque « Former et représenter » (1973 - 1993) au triptyque « Former - Représenter - Construire » (1993). « Construire » étant principalement entendu comme la volonté de construire des professionnalités ;
 

⦁    1994 : L’ANDESI s’ouvre aux cadres et demande la création des associations régionales ;
 

⦁    2002 : De la Loi 2002-2 et ses décrets à la loi HPST en 2009, nombreux textes législatifs et réglementaires ;
Développement du CFPS et création des associations régionales ;
Augmentation du nombre des adhérents grâce à cette création ;
Prise de position politique de l’ANDESI sur ses grandes orientations.


⦁    2005 : Elaboration du  Projet Associatif 2005 – 2010
 

⦁    2006 : Un nouveau Président est nommé (F. Danies) –  De nouveaux administrateurs sont élus. Une charte est signée avec l’ADC.
Création de deux postes de vice-présidence et avec administrateurs chargés de mission.


⦁    2007-2008 : Le CFPS rencontre des difficultés financières
Séminaire des administrateurs qui prennent la décision de la question des associations régionales
L’Andesi s’affiche comme entreprise de l’économie sociale
Changement d’identité visuelle (charte graphique) avec un nouveau logo
 

⦁    2009-2010 : Créations d’ANDESI Consultants et positionnement associatif sur l’accompagnement de l’évaluation externe dans les établissements.
Modification des statuts pour l’intégration d’adhérents du secteur lucratif et du secteur public en raison de la fonction de leurs cadres.
Retour aux Délégations Territoriales.


⦁    2011 : Nouveau directeur du centre de formation
Création de l’ANMECS et lancement du partenariat avec ACTIF. Renégociation de la convention avec UPEC.
Participation des Délégués Territoriaux  au CA avec voix consultative.
Début du redressement financier via l’augmentation du chiffre d’affaire.


⦁    2012 : Ouverture du «  chantier chef de service » : première rencontre nationale à Paris.


⦁  2013 : Séminaire des administrateurs et des délégués territoriaux à Lathus : réécriture du projet associatif pour la période 2013-2018. Célébration des 40 ans de l’Andesi.


Les positionnements stratégiques de l’association trouvent ainsi aujourd’hui leur traduction dans les dispositifs de formations proposés par la petite équipe du CFPS. Ces dispositifs sont aussi sous-tendus par une démarche réflexive qui, dés l’origine, trouve son expression dans une série de publications qui viennent aussi favoriser la visibilité de l’association. Dans les années 1970, il existe ainsi un bulletin de liaison qui paraît six fois par an. Dans les années 1980, la revue de l’ANDESI La Marge sera remplacée par une autre, Telex puis Plein Cadre, à la pagination réduite par rapport à leur prédécesseur. Durant toutes ces années, les permanents du CFPS se sont inscrits dans une démarche collective de production d’ouvrages, qui témoigne d’une politique de publications centrée sur des thématiques fortes du moment. Aujourd’hui, l’implication dans la recherche via le Grif constitue un autre axe susceptible d’alimenter la réflexion, d’anticiper et de rester en prise avec l’actualité du secteur.
 

Depuis 2011, étroitement liée aux logiques de développement du CFPS, l’évolution de la communication externe vient renforcer une volonté d’accroissement de la visibilité de l’ANDESI et la vocation nationale du CFPS.




2.    Missions et philosophie d’action

 
L’ANDESI est une association loi 1901 dont les statuts ont pour objet de rassembler, former et représenter les cadres du secteur social, médico-social et de la santé et de construire avec eux une expertise professionnelle.
 

Dans le cadre de l’exercice des fonctions de direction et d’encadrement, l’ANDESI :
 

⦁    Affirme la primauté de la personne sur les organisations et systèmes ;

⦁    Considère les personnes qui sont accompagnées, éduquées, protégées, soignées comme des acteurs co-créateurs de leur vie ;

⦁    Valorise la richesse de la ressource humaine ;

⦁    Privilégie l’équipe de direction comme axe central de son management ;

⦁    Rejette toute idéologie dogmatique ;

⦁    Défend l’indépendance d’esprit et la liberté de parole permettant d’innover et de rester force de proposition.

Forte de son parcours associatif singulier, l’ANDESI développe une philosophie d’actions revendiquée par son appartenance associative constituée par des personnes qui, en pratique :
⦁    Décident de partager un projet et de s’engager ensemble ;

⦁    Militent pour une activité d’encadrement qui n’est pas réduite à la seule fonction gestionnaire ;

⦁    Font de l’adaptation, de l’innovation et de la réactivité, les critères de qualité indispensables ;

⦁    Conçoivent l’élaboration, le pilotage et la mise en œuvre des projets comme axes fondamentaux des fonctions de direction et d’encadrement.

Enfin, l’ANDESI à l’image du monde associatif entend être force de proposition prospective et constructive pour parer à toute logique technocratique deshumanisante. A ce titre, l’ANDESI s’inscrit au cœur de l’économie sociale et solidaire afin de mieux servir des projets d’utilité sociale.

 
Rassembler - Représenter

Rassembler

L’ANDESI permet aux cadres de rompre avec l’isolement inhérent à l’exercice du pouvoir. Le partage et les retours d’expérience sont essentiels à la prise de recul indispensable à la réalisation de leur mission.
C’est autour de ses valeurs que l’ANDESI entend rassembler et représenter les hommes et les femmes que sont les directeurs généraux, les directeurs, les chefs de services et cadres fonctionnels exerçant des missions spécifiques telles que définies dans l’article 4 des statuts.
 

Représenter 

L’ANDESI a la volonté de représenter les cadres de directions dans l’exercice de leur fonction. Elle se positionne politiquement sur tout ce qui concerne la place des cadres de direction dans les organisations sociales, médico-sociales et de santé. Elle ne milite pas pour défendre l’individu sur le plan syndical, ni les établissements et services vis-à-vis des autorités de tarification. Cependant, elle aide à la valorisation de la fonction des cadres de direction en étant critique et force de proposition sur les évolutions de la fonction et de sa qualification. Elle œuvre à l’innovation des politiques publiques en communiquant et en relayant la parole des cadres de direction auprès des organismes conseils et représentatifs du secteur.
 
 
Pour ce faire, elle s’appuie sur :

⦁    Son réseau d’adhérents ;

⦁    Ses délégués territoriaux ;

⦁    L’expertise de son centre de formation ;

⦁    L’efficience de ses intervenants ;

⦁    La pertinence de ses partenaires.

 
Former

L’ANDESI fait le choix de la formation pour qualifier les cadres et développer leurs compétences en tenant compte de la transformation de la fonction et de l’évolution des politiques sociales et des textes législatifs et réglementaires qui leurs sont associés.

L’ANDESI assure au plan national la formation professionnelle continue des administrateurs, des cadres et des professionnels du secteur social, médico-social et de santé, dans le champ de la formation tout au long de la vie.

Elle vise à les doter de repères leur permettant d’avoir une vision globale du secteur dans sa dimension politique, éthique, managériale et médico-socio-éducative.

Elle offre la possibilité d’acquérir des outils d’analyse et de diagnostic. Elle les accompagne dans les processus de changement pour répondre à leurs besoins spécifiques. En ce sens l’ANDESI veut favoriser la promotion de la fonction de direction et d’encadrement.


Construire pour produire


L’ANDESI crée une dynamique qui s’attache à participer aux évolutions du secteur social, médico-social et de santé dans un contexte en perpétuelle mutation.

Ainsi l’ANDESI prépare les acteurs d’aujourd’hui et de demain dans une logique de coopération. C’est dans la réflexion permanente et dans le cadre d’une construction collective, faite de partages et d’échanges que l’ANDESI entend accompagner les cadres à répondre aux défis de l’avenir dans leurs organisations.
 

Pour réaliser cette construction, l’ANDESI conçoit une réflexion qui se décline en plusieurs modalités :


⦁    Une veille sur les évolutions des secteurs de l’économie sociale et solidaire ;

⦁    Une expertise partagée ;

⦁    Une production de pensée formalisée ;

⦁    Une analyse critique sur les modèles émergents d’organisation du pouvoir ;

⦁    Des propositions de scénarios répondant aux enjeux ;

⦁    Des stratégies prospectives.

L’ANDESI offre ainsi à chaque adhérent, la possibilité de construire sa propre analyse et de s’approprier des outils méthodologiques adaptés.


Aujourd’hui, dans cette perspective, l’ANDESI :

⦁    Organise des journées d’études au plus près des préoccupations de ses adhérents ;

⦁  Conçoit des journées de réflexion sur des thématiques d’actualité tout en intégrant une dimension prospective ;

⦁    Réalise des publications ;

⦁    Propose des appuis et conseils techniques à ses adhérents.


3.    Orientations / Enjeux Politiques de l’association

Renforcer le poids politique de l’Association

⦁    Renforcer le sentiment d’appartenance des adhérents ;
L’ANDESI  fédère ses adhérents autour d’un projet unique qui se décline sur tout le territoire.

⦁    Optimiser une représentation transversale des cadres du social ;

⦁    Optimiser le réseau territorial. Travailler régulièrement et conjointement avec les délégués territoriaux et sur les territoires.
S’appuyer sur les délégués pour partager et faire vivre le projet de l’ANDESI.
Soutenir les délégués dans cette tache ;

⦁    Augmenter le nombre des adhérents ;

⦁    Maintenir et développer le travail engagé sur la fonction des chefs de service et cadres intermédiaires pour les mobiliser, les faire participer et les faire adhérer au positionnement de l’ANDESI.


Clarifier et renforcer les positions politiques de l’ANDESI

L’ANDESI se doit d’être présente dans les débats d’actualité. Elle participe aux réflexions et orientations politiques qui touchent le secteur de l’économie sociale et solidaire et particulièrement celles qui ont trait aux dirigeants.

L’ANDESI interpelle les fédérations du secteur sur les questions qui lui paraissent relever de son objet.

Le partage et la synergie conduit l’ANDESI à orienter son projet dans le cadre d’une prise de position politique associative concertée.

Sur le plan de la communication et du poids politique, les publications produites par l’ANDESI participent à la transformation des politiques sociales et à la mutation de la gouvernance.

Ainsi, l’ANDESI vise à :

⦁    Être un acteur incontournable et reconnu au niveau de la représentation de la fonction d’encadrement ;

⦁    S’inscrire dans les débats qui pensent le développement du secteur et notamment ceux qui concernent la gouvernance des organisations (notamment associatives), leur dirigeance et leurs modes de management ;

⦁    Poursuivre la réflexion sur l’évolution des fonctions de direction générale et de l’organisation des sièges associatifs.
De même, l’ANDESI a vocation à renforcer les compétences des administrateurs, afin qu’ils puissent en toute efficience assurer leurs responsabilités d’employeurs.
Il convient d’élaborer des formations spécifiques aux problématiques émergentes de cette fonction. Les modes de gouvernance et de dirigeance sont en mutation et doivent être prises en compte.
 
 
Renforcer une conception éthique de la fonction d’encadrement du secteur social, médico-social et de la santé

Réaffirmer le fait associatif comme support de l’action sociale et médico-sociale.

L’ANDESI pense qu’être cadre dans le secteur associatif au service des personnes inadaptées ou en difficulté implique une adhésion aux valeurs de partage et de solidarité du secteur de l’économie sociale, implique un rapport au pouvoir et un mode de management conforme à ces valeurs.

Cet aspect n’occulte en rien la nécessaire efficience dans l’exercice des fonctions de direction et d’encadrement.

L’ANDESI conçoit que ces fonctions sont au service d’une mission d’utilité sociale et qu’à ce titre elles s’inscrivent dans une recherche de qualité de la prise en charge et d’une utilisation optimum de l’argent public.

⦁    Initier et soutenir les initiatives qui visent au développement et l’adaptation du secteur et à ses modes de gouvernance et de management

⦁    Affirmer les positions et les orientations de l’ANDESI telle qu’elle les a définies à l’occasion de ses 40 ans (texte en annexe) ;

⦁    Adapter l’idée d’équipe de direction aux nouveaux modes d’organisation ;

⦁    Soutenir les initiatives individuelles et collectives qui visent à adapter le secteur social et médico-social aux nouvelles donnes, dés lors que ces orientations respectent les valeurs défendus par l’ANDESI ;

⦁    Soutenir l’arrivée de nouveaux cadres qui ne sont pas issus du secteur social, médico-social et sanitaire et qui présentent un parcours formatif différent, voire issus d’entreprise du secteur économique.
L’ANDESI participe à leur acculturation au secteur social et médico-social et en retour s’enrichit de leurs expériences.


Être un acteur incontournable et reconnu de la formation des cadres

L’ANDESI confie à son Centre de Formation Permanente et Supérieure la mission de traduire son projet politique en produits de formation et d’intervention.

Des rencontres, réflexions et actions communes entre administrateurs et permanents du CFPS permettent d’instaurer des espaces de coopération entre le « Politique et le « technique » et plus largement entre le terrain et la formation.




4.    Organigramme général de l’ANDESI
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                                       Projet associatif ANDESI
      
                                                    Annexe


Les orientations définies lors des 40 ans
 

Un contexte en plein mouvement… des conséquences pour le secteur social et médico-social
 

Des prises de position et des orientations pour l’ANDESI

Face aux multiples changements sociétaux, législatifs, économiques, les associations adaptent leurs modes d’organisation et leurs projets de développement  dans le but de faire évoluer ou diversifier les réponses aux besoins des usagers, en tenant compte :

⦁    Des spécificités territoriales (schémas d’organisation et de développement, potentialités de coopérations) ;

⦁    Du contexte économique (rationalisation des dépenses, arbitrages budgétaires) ;

⦁    De la spécificité de leur organisation et de la nature de leurs activités.

Convaincus que la diversité des associations est une richesse pour notre secteur, nous sommes opposés à l’uniformisation des modes d’organisation et ne privilégions pas de modèle idéal.

Nous affirmons que le pire serait de résister au changement et de ne pas bouger ou de se « mettre en conformité » à marche forcée (dans les deux cas, les répercussions seront aussi désastreuses pour les usagers que pour les professionnels et bénévoles de nos associations).

Nous invitons les cadres de direction à penser et à mettre en œuvre le changement en investiguant les dimensions politique, stratégique opérationnelle et clinique des projets associatifs.

Pour l’ANDESI, ces orientations ne sont toutefois réalisables qu’à certaines conditions :

1.    L’existence, au sein des organisations, de véritables équipes de direction agissant selon les principes de coopération et de différenciation des fonctions ;

2.    Quelle que soit la place occupée au sein de la chaîne hiérarchique, la fonction de direction et d’encadrement s’articule autour de quatre dimensions : la dimension politique, la dimension stratégique, la dimension  clinique, la dimension opérationnelle.


1/ L’équipe de direction : espace de coopération
 

Ensemble, chacun de sa place et à sa place

Les récentes évolutions ont fortement impacté nos organisations de travail et bouleversé la notion d’équipe de direction traditionnelle à la base du projet initial de l’ANDESI.

L’ANDESI actualise régulièrement  sa définition de l’équipe de direction, y intégrant l’ensemble de ses composantes : directeurs généraux, directeurs de pôles et de filières, directeurs d’établissements et de services, chefs de services et cadres intermédiaires, cadres experts des directions générales et des sièges (directeurs financiers et des ressources humaines).

L’ANDESI affirme la nécessité de différencier les rôles et fonctions des cadres de direction : Direction générale, direction, encadrement intermédiaire.

Les fonctions doivent être différenciées pour être complémentaires (tout le monde ne fait pas la même chose, mais tous les cadres contribuent à la mission d’utilité sociale de l’association).
Ensemble, chacun de sa place et à sa place

L’association et le centre de formation de l’ANDESI ambitionnent d’accompagner l’ensemble de ces cadres dans l’exercice de leurs missions et dans la mise en œuvre du changement.

Avec ses partenaires, l’ANDESI entend engager une véritable réflexion sur l’évolution des fonctions dévolues aux cadres de direction.

Aux différentes équipes qui participent au « faire institution » doivent s’ajouter des espaces de coopération et de co-construction transversaux qui sur certains objets réunissent des administrateurs, des directeurs, des cadres, des professionnels, voir des usagers.

 
2/ Les fonctions de direction

Dimensions politique, stratégique, clinique et opérationnelle
 
 
Dimension politique

Importance de réfléchir à un positionnement politique des associations pour sortir du « tout gestionnaire ».
Les cadres de direction doivent, avec leurs administrateurs, garantir une expression citoyenne visant à représenter les usagers.

⦁    En veillant à l’évolution des besoins, des personnes et du territoire ;
⦁    En actualisant ou en diversifiant ses réponses ;
⦁    En restant force d’expertise et de propositions auprès de la puissance publique.


Dimension stratégique

Les cadres de direction doivent mettre en cohérence les projets de services dans un contexte contraint.
La prise en compte de ce contexte implique d’effectuer des choix dans les modalités de prises en charge des usagers (externalisation ou diversification des modes d’accueil, coopérations entre services ou secteurs d’activités…)

⦁    En considérant la notion de parcours des usagers ;
⦁    En priorisant le « cœur de métier » au détriment des « fonctions supports » ;
⦁    En veillant à un équilibre budgétaire devenu indispensable.

Dimension clinique (socio-éducative)

Pour résister à l’emprise gestionnaire et instrumentale
Garantir le cœur de métier centré sur la résolution de problématiques sociales et médico-sociales
Défendre le principe d’une « clinique de l’institution » dont le directeur est garant
Le directeur (et l’équipe de direction) sont garants de faire institution, prendre soin de l’institution
 

Dimension opérationnelle
 

Les cadres de direction doivent veiller à la mise en œuvre des projets dans un souci d’efficacité.
La politique des ressources humaines et la gestion humaine des ressources doivent rester un axe prioritaire visant à :

⦁    Accompagner les équipes ;
⦁    Expliciter et engager le changement ;
⦁    Évaluer l’action et mesurer son efficacité ;
⦁    Valoriser l’action des professionnels ;
⦁    Associer les usagers.